L'ENFANT

Réalisateur : les Frères Dardenne
Casting :
Divers : Belgique - 2005 - 1h40 -
Prix : Sélection Officielle au Festival de Cannes 2005 - Palme d'or
Bruno (Jérémie Renier), 20 ans, et Sonia (Déborah François), 18 ans, vivent de l'allocation perçue par la jeune fille et des larcins commis par le garçon et sa bande. Sonia vient de donner naissance à Jimmy, leur enfant. L'insouciant Bruno doit alors apprendre à devenir père, lui qui jusqu'alors ne se préoccupait que de l'instant présent.
Luc Dardenne sur le sujet du film : "On n'essaie pas de copier la réalité. L'abandon d'enfant, par exemple, c'est une pratique très ancienne. La vente "sauvage", c'est peut-être un peu plus récent. Mais ce qui nous intéressait avec ce film, c'était de voir comment Bruno allait ou non pouvoir créer un lien avec cet enfant. Au départ, il ne voit pas ce bébé. Littéralement. La question qui allait se poser était donc : l'amour de Sonia, qui est immense, allait-il suffire pour lui faire prendre conscience de la présence de cet enfant ? On a pensé que non, que l'amour ne suffisait pas."


Luc Dardenne à propos de l'importance des gestes et des objets : "Tous ces gestes que les personnages répètent dans nos films, et tous ces objets, c'est ce qui les fait exister. C'est à travers eux que le spectateur doit sentir que quelque chose naît, qu'une personne est en train de se construire à l'écran. Par exemple, pour Bruno, qui est une sorte de businessman, c'est l'utilisation du portable qui crée un lien avec ses différents contacts, jusqu'à ce qu'il le perde. Les rituels les plus importants, c'est autour du landau : on l'achète, on se promène avec, on le vend."


Luc Dardenne sur les points communs entre leurs films : "Il y a une généalogie, ou au moins un rapport intime entre nos films. On aime par exemple tourner sur les lieux où nous avons déjà tourné dans le passé. Mais on ne refait pas les mêmes plans, on change la place de la caméra. Cela nous aide, un peu comme un fleuve qui, en coulant, charrie des alluvions, des cailloux. Et puis ça nous donne des contraintes, ce qui est toujours bon pour la création."


Jean-Pierre Dardenne sur le travail de répétitions : "On a beaucoup répété, plus que sur les films précédents. C'étaient des répétitions assez libres, uniquement avec les deux comédiens, sans l'équipe technique. C'est lors de ces répétitions qu'un jour, on a senti que Bruno et Sonia étaient là, qu'ils avaient trouvé la liberté sur laquelle on allait pouvoir s'appuyer pour construire notre mise en scène."


Luc Dardenne sur la conception d'un film à quatre mains : "On commence par beaucoup parler tous les deux. On fait un plan de tout le récit. J'écris la première version du scénario, que j'envoie à Jean-Pierre. Il fait ses corrections, ses propositions, puis on écrit ensemble les autres versions, et on envoie la sixième ou septième à Denys Freyd, le producteur. Pendant le tournage, c'est simple : l'un est à la mise en scène avec le caméraman, l'ingénieur du son, le directeur photo, les acteurs, pendant que l'autre contrôle sur le combo [l'écran video relié à la caméra], à tour de rôle, mais sans que ce soit systématique."
Première
" L'Enfant n'a pas volé sa palme d'or à Cannes mais sa puissance morale et émotionnelle secoue bien au-delà des zones cinéphiliques."

Les Inrockuptibles
" L'émotion qui envahit le spectateur naît du fait qu'il ressent combien le sens indicible du film est en train de germer devant ses yeux. C'est en cela que les frères Dardenne, par de qu'ils risquent et réussissent, sont grands. "

Télérama
" Avec L'Enfant, ils font preuve d'une qualité nouvelle : la bienveillance. Moins rugueux, moins impitoyable qu'avant, leur regard se fait plus prévenant. "

Le Point
" Les Dardenne proposent un cinéma du mouvement, de l'action, de l'accessoire. L'enfant en apporte la preuve trépidante et bouleversante. "

Le Nouvel Observateur
" « L'Enfant » naît de la rencontre du cinéma le plus pur, parce que le plus exigeant avec lui-même, et de la brutalité d'un monde dont il recrée à chaque instant l'humanité terrible et bouleversante. "
  • Inscrivez-vous à la newsletter
  • Contact : 0692 68 77 09
  • 233 481 visiteurs