STAGE BEAUTY

Titre original : Stage Beauty
Réalisateur : Richard Eyre
Casting :
Divers : Grande Bretagne, Etats-Unis - 2005 - 1h50 -
Dans le Londres du XVIIe siècle, Edward Ned Kynaston est la " femme " la plus célèbre d'Angleterre.
À cette époque, les femmes n'ont pas le droit de jouer sur scène, situation dont Ned profite, faisant usage de sa beauté et de son habileté à interpréter avec brio les grands rôles de femmes.
Mais le roi Charles II, las de voir toujours les mêmes comédiens dans les mêmes tragédies, décrète que les femmes ont dorénavant le droit de monter sur scène et que les hommes ne pourront plus interpréter des rôles féminins.
Un peu d'histoire
En 1660, la dynastie des Stuart reprend le trône d'Angleterre avec le couronnement de Charles II. C'est la fin d'une ère de puritanisme et d'austérité, qui caractérisait le règne d'Oliver Cromwell (1649-1658). Charles II a passé de nombreuses années en exil en France, où il a acquis le goût du théâtre et de tout ce qui y est lié. Il donne donc son approbation royale à deux troupes de théâtre londoniennes, et autorise les femmess à monter sur scène. En quelques mois, les acteurs, qui avaient jusqu'alors été contraint de pratiquer leur art dans le secret et la clandestinité sous peine d'arrestation, triomphent à nouveau sur scène.

Un homme d'exception
Connu pour sa beauté exceptionnelle et son aptitude à incarner les personnages féminins, l'acteur Edward Kynaston figure parmi les plus célèbres acteurs de la scène londonienne. C'est en trouvant par hasard chez un bouquiniste un volume du journal de Samuel Pepys, que le scénariste Jeffrey Hatcher s'est vivement intéressé à ce personnage de légende. Ce dernier raconte: "Ce que j'aime chez ned Kynaston, c'est qu'on en sait juste assez sur lui pour être intéressé, mais pas assez pour que cela dissipe le mystère". il ajoute: "En consultant diverses sources, j'ai découvert que Kynaston avait été formé par un ancien acteur pendant l'interrègne puritain, alors que personne n'avait le droit de se produire sur scène. Néanmoins, la profession survivait dans les caves et les sous-sols, comme si les gens de théâtre avaient su que l'interdiction ne pouvait durer éternellement et qu'ils préparaient les acteurs pour le jour où l'entrée des artistes s'ouvrirait à nouveau."

Quand la rumeur courre...
Au XVIIe siècle, la rumeur prétendait que Kynaston était bisexuel. Il aurait été l'amant du Duc de Buckingham, et qu'il aurait été battu par des nervis aux ordres de Sir Charles Sedley, qui fut brièvement l'amant de Margaret Hughes. Cette dernière aurait été la première actrice à se produire sur la scène anglaise; en l'occurence dans une mise en scène du drame Othello. Jeffrey Hatcher ajoute: "la dernière chose que j'ai apprise au sujet de Kynaston, c'est qu'il finit par se marier et avoir des enfants".

Un personnage et une vie inclassable
Selon les propres termes de Richard Eyre, ce dernier a surtout été attiré par le côté "inclassable de l'intrigue". Il explique son choix: "en fait, c'est l'histoire d'une quête. Il s'agit d'un homme dont le métier consiste à jouer des femmes devant un public. Lorsqu'on lui interdit de poursuivre sa carrière, son identité professionnelle est menacée. C'est aussi un homme bisexuel qui découvre peu à peu son identité sexuelle. Chez Ned, il y a un lien inextricable entre ce qu'il est sur le plan sexuel et qui il est sur le plan professionnel. L'une des choses que j'ai aimées dans le scénario, c'est qu'on n'y dit pas que c'est bien, c'est mal, ni même indifférent d'être gay, hétéro ou bisexuel. Mais on vit mieux en sachant qui on est".

Le choix de l'acteur principal
la parole au réalisateur (et metteur en scène) Richard Eyre: "J'ai deux critères pour choisir un acteur. D'abord, il fallait qu'il soit beau. c'était aussi simple que ça: il fallait un bel homme, et il n'y a pas tant d'acteurs que ça qui remplissent ce critère. Ensuite, il fallait qu'il ait joué Shakespeare. Cela ne s'improvise pas. Parmi les acteurs britanniques qui remplissent le premier critère, il n'y en a vraiment pas beaucoup qui ont autant d'expérience du théâtre que Billy Crudup."

Les décors et la photographie
L'équipe du film s'est beaucoup inspiré du travail de la célèbre photographe contemporaine Nan Goldin, dont les sujets sont souvent des transsexuels et des travestis. Richard Eyre justifie son choix: "C'est un monde un peu crépusculaire. Si ses photos sont si émouvantes, c'est parce qu'elles sont très spontanées. Elles ont quelques chose de très direct, et les couleurs sont magnifiques. Cela a été une influence importante; nous avons pu réconcilier le passé et le présent grâce à ce que les photos de Nan Goldin et les tableaux d'époque avaient en commun. J'ai aussi été intraitable en ce qui concerne l'utilisation des couleurs dans le film. Je ne voulais pas qu'on s'en serve à tort et à travers. je voulais une palette neutre pour que la couleur, lorsqu'elle apparait, ait une vraie force, une réelle signification."

Tiré d'une pièce de Richard Eyre
Stage beauty est l'adaptation cinématographique de la pièce de théâtre de Richard Eyre, Complete female stage beauty.

Mis (e) en valeur par la lumière
Afin de souligner la féminité de Kynaston, le chef opérateur Andrew Dunn a savamment travaillé l'éclairage, le rendant plus doux lorsque Billy Crudup interprète le rôle féminin.
Brazil
Stage Beauty est un petit chef d'oeuvre de film. Rendons donc grâce au réalisateur Richard Eyre de nous dévoiler un comédien fabuleux qui porte ce long-métrage sur ses épaules, Billy Crudup. Voilà donc du vrai romantisme, du vrai cinéma qui nous réconcilie avec les salles obscures."

TéléCinéObs
"Le film impose sa propre personnalité, plus complexe et sombre que prévu. Une très belle et singulière histoire d'amour, doublée d'une réflexion passionnante sur la condition de l'acteur."

Paris Match
"Cette comédie théâtreuse, qui n'est pas sans rappeler "Shakespeare in Love", est un pur bonheur à condition que l'on n'y cherche pas de rigueur historique. Billy Crudup est remarquable,Rupert Everett est parfait en monarque éclairé. Mais la grande vedette du film reste le théâtre avec tous ses coups, qu'ils soient bons ou mauvais."
  • Inscrivez-vous à la newsletter
  • Contact : 0692 68 77 09
  • 242 383 visiteurs