SURVIVRE AVEC LES LOUPS

Réalisateur : Véra Belmont
Casting :
Divers : France, Allemagne, Belgique - 2007 - 1h 58min -
Une petite fille de 8 ans parcourt l'Europe nazie à la recherche de ses parents.
Elle s'appelle Misha. Elle est juive. Son père et sa mère viennent d'être déportés. Elle ne sait qu'une seule chose : ils sont à l'est. A l'aide d'une simple petite boussole, elle quitte sa Belgique natale et rejoint l'Ukraine à pied, traversant l'Allemagne et la Pologne, dans l'espoir de les retrouver.
Pour survivre, elle vole de la nourriture et des vêtements.
Pour survivre, elle évite les hommes et leur violence.
Pour survivre, elle intègre une meute de loups. Et devient l'une des leurs.
Une histoire vraie
Survivre avec les loups est adapté du livre éponyme et autobiographique de Misha Defonseca.

J'aime pas les vers de terre !
Surnommée "Miss Zéro Caprice" pendant le tournage du film, la jeune Mathilde Goffart a trouvé avec ce film son premier rôle au cinéma. Louée pour son instinct et son talent, Mathilde Goffart n'a récolté que des suffrages auprès de l'équipe du film, réalisant même de son propre gré une véritable cascade, un saut depuis un toit.

Une scène a pourtant été particulièrement difficile à tourner, lorsqu' elle doit manger des vers de terre. La séquence la dégoutait vraiment et il a donc fallu ruser pour parvenir au résultat visible à l'écran. En conséquence, c'est la main d'une doublure qui triture les vers de terre. Pour les manger, au contraire, elle y va de bon coeur... mais parce qu'il s'agit en faite de friandises ! "Quand je mange le ver de terre, c'est en fait un bonbon au cola avec de la poudre de chocolat autour", sourit Mathilde repensant à son menu spécial. "Quand je dois manger de la viande de sanglier, ce sont des quetsches et pour la viande de lièvre ce sont des fraises Tagada."

Tourner avec les loups
Véra Belmont a du s'adapter aux difficultés posées par un tournage avec des loups, et vivre selon leur rythme d'animaux capricieux. "Ils sont pire que des Marlon Brando", dira même la réalisatrice.

Véra Belmont a confié au dresseur Pierre Cadéac la tache de trouver, dresser et faire jouer trois loups adultes et leurs doublures, des loups gris et cinq louveteaux. Les loups impliquaient également une logistique particulière et plutôt lourde à gerer : un grand semi-remorque équipé de cages, d'un réfrigérateur et d'une cuisine, une clôture autour du camion pour lâcher ses loups et un autre parc fait de fils électrifiés entourant le plateau. "Il est très difficile de constituer une meute avec une louve blanche, un loup noir, un loup rouxet des loups gris sans qu'il y ait des affrontements", affirme Pierre Cadéac. "Et il faut toujours transporter les loups ensemble car quand un loup est séparé trop longtemps de sa meute, il en est exclu par les autres qui l'attaquent dès qu'il revient."

Pierre Cadéac avoue que pour faire faire au loup ce qu'il veut, ce n'est pas du dressage mais de la ruse. "On ne dresse pas un loup à aller jusqu'à un comédien", explique le dresseur. "On habitue le loup à un objet, comme un caillou. Il sait qu'à chaque fois qu'il posera sa patte sur ce caillou, il recevra une récompense, un bout de viande donné discrètement par l'acteur ou lancé hors champ par le dresseur. J'utilise aussi des ultra sons. Quand je déclenche un appareil à ultra sons, le loup va vers ce son pensant qu'il va y trouver de la nourriture. En déclenchant plusieurs ultra sons successifs, je peux lui faire suivre un parcours précis."

La musique, un élément essentiel
Véra Belmont savait qu'il lui fallait trouver une musique qui accompagnerait le périple solitaire de Misha. "L'histoire de Misha est bouleversante et il fallait que la musique la porte sans la plomber", admet la réalisatrice. "Un jour, j'ai entendu la musique d'Emilie Simon. Il y avait quelque chose d'aérien dans ses compositions, quelque chose qui faisait penser à la nature. J'ai posé sa musique sur les premières images de mon film et elle accompagnait et soutenait le film comme par magie." Véra Belmont a ainsi été picoré des morceaux ici et là dans la discographie d'Emilie Simon tandis que cette dernière composait également quelques musiques originales pour le film, lui donnant ainsi une dimension supplémentaire.

Une météo contrariante...
Le tournage a présenté de nombreuses difficultés principalement dues aux conditions météorologiques. La réalisatrice Véra Belmont, respectant le périple de la jeune Misha dans l'Europe de la Deuxième Guerre mondiale, voulait intégrer les quatre saisons de l'année dans son film. "Un peu d'automne quand elle commence son voyage, beaucoup d'hiver, un peu de printemps, un bout d'été et encore un peu d'automne quand elle rentre à Bruxelles qui a été libérée en septembre 1944". Mais quand elle a eu besoin de la fraîcheur de l'automne, elle a eu 50 cm de neige, quand elle a eu besoin de la neige de l'hiver, elle a eu un soleil magnifique, quand elle a eu besoin de la chaleur de l'été, elle a eu des trombes d'eau. A chaque fois, la réactivité et la capacité d'adaptation de Véra Belmont et de son équipe ont fait des miracles.

Le tournage
Survivre avec les loups a été tourné en seize semaines en Franche-Comté et Alsace mais aussi en Belgique et en Allemagne. D'octobre 2006 à juillet 2007, le tournage a été divisé en quatre phases de quatre semaines de six jours avec une moyenne de trois semaines de préparation entre deux phases de tournage.

D'autres enfants-loups
Survivre avec les loups n'est pas la seule histoire vécue par un enfant sauvé ou élevé par des loups, que ce soit mythe ou réalité :

Romulus et Remus
Ces jumeaux abandonnés à la naissance et élevés par une louve ont fondé Rome. Cette histoire légendaire fait partie de la mythologie romaine.

L'enfant-loup de Hesse
En 1344, un enfant de 7 ans enlevé par les loups est retrouvé en Allemagne. Les loups l'avaient protégé de l'hiver dans une tanière en le recouvrant de feuilles et en se blottissant contre de lui.

L'enfant-loup de Wetteravie
La même année, un autre enfant-loup de 12 ans est capturé, toujours en Allemagne. Il s'est laissé mourir de faim plutôt que de devoir vivre avec les hommes.

Peter
Il a été découvert dans la campagne de Hamelin, en Allemagne, en 1724. Offert au roi britannique George 1er, il est exhibé à la cour avant d'être finalement envoyé dans une ferme.

Mowgli
Le plus célèbre des enfants recueillis et élevés par les loups. Il est l'un des personnages de fiction du Livre de la jungle de Rudyard Kipling (1894), un recueil de nouvelles dont la majorité de déroulent en Inde.

Amal et Kamala
Deux fillettes-louves indiennes retrouvées en 1920 au Bengale par le directeur d'un orphelinat. Kamala avait 7 ou 8 ans et Amala 18 mois. On suppose qu'elles étaient soeurs mais elles auraient également pu être adoptées par les loups séparément dans le temps. Les deux fillettes ont été séparées de force des loups et ramenées à l'orphelinat.
Le Nouvel Observateur
"Survivre avec les loups est à la fois épopée, tragédie, comédie, leçon de sagesse et de choses, traité d'éducation qui renvoie tranquillement aux origines premières, à Romulus, à Remus, à Mowgli, à la naissance des mythes et à la source du courage, à travers une petite fille enragée de vivre et d'aimer."

Le Journal du Dimanche
"Un film de facture très classique, conçu pour un public familial."

Brazil
"Adaptation assez réussie du roman autobiographique de Misha Defonseca."

Le Monde
"Tout en racontant cette histoire simple et stupéfiante, du point de vue d'une gamine, et avec autant d'énergie que de répulsion pour l'apitoiement, Véra Belmont mène plusieurs films de front."
  • Inscrivez-vous à la newsletter
  • Contact : 0692 68 77 09
  • 242 380 visiteurs