DARSHAN

Réalisateur : Jan Kounen
Casting :
Divers : France - 2005 - 1h30 min -
Prix : Sélection Officielle, hors compétition au Festival de Cannes 2005
Surnommée "La Mère Divine indienne", Amma est considérée comme une Sainte dans son pays. Issue d'un milieu modeste, elle finance plus de 25 000 pensions pour femmes, des camps médicaux mobiles, des orphelinats et des écoles ainsi que l'hôpital Amrita Istitute of Medical Science and Research, et finance ses actions grâce aux dons recueillis lors des célébrations (Puja, Homa, Bhajan, Darshan, Devi Bhava) qu'elle organise à travers le monde. A l'occasion de son cinquantième anniversaire en septembre 2003, plus de cent mille personnes se sont réunies durant quatre jours à Kochi, dans le Kérala. Lors de la cérémonie du Darshan, Amma a serré dans ses bras plusieurs milliers de personnes une à une, sans interruption, pendant plus de 20 heures. Que se passe-t-il "réellement" lors de cette étreinte ?
Note du réalisateur
Cinéma et aventure intérieure sont pour moi indissociables. Préparer un film me pousse chaque fois à aller plus loin dans l’introspection personnelle. Aussi ai-je pu vivre des choses que je n’aurais pas vécues si je n’avais pas eu le désir de traduire en images certains territoires et certaines expériences.
Ma fonction de cinéaste consiste à travers ce film à interroger nos croyances et à les mettre à l’épreuve d’une autre vision, qui loin de demander un choix, permet d’enrichir notre perception du réel. Ma position n’est pas celle d’un adepte. Elle est celle d’un réalisateur qui essaie, à travers sa caméra, de poser son regard sur Amma, combinaison de ferveur religieuse extrême et de philosophie altruiste de la vie. Mélange d’aide aux démunis et de chants dévotionnels. Une approche de la conscience et du social différente de la nôtre.
Après "BLUEBERRY" et "D’AUTRES MONDES", films issus de ma rencontre avec le shamanisme shipibo d’Amazonie péruvienne, j’ai eu le désir d’aller voir
dans d’autres cultures, issues de traditions anciennes, comment l’homme accède à cet «ailleurs» et à quelles fins. Que ces démarches soient spirituelles ou non, elles considèrent, d’une manière très différente de la nôtre, les phénomènes de la pensée et les champs de la conscience.
DARSHAN est le portrait d’Amritanandamayi devi, un «Mahatma», un maître spirituel.
Je suis allé vers elle avec l’ouverture et la liberté de ramener ce que je ressentais, bon ou mauvais. J’ai construit le film comme un voyage vers
le mystère, un voyage que j’ai effectué en la suivant par intermittence durant une année. Le film témoigne de l’évolution de ma perception d’Amma, d’abord le regard de l’occidental face à l’étrange puis un glissement progressif dans le flot de l’amour et la perception de la beauté d’un destin digne d’un mythe. L’histoire d’une petite fille qui était considérée comme folle par tout un village avec sa volonté d’embrasser le monde et qui a fini par convertir les autres à sa «folie». J’ai été profondément touché par elle, nous avons traversé l’Inde du
Rajahstan à Calcutta et le film est le témoin de ce voyage. Il y a une dimension d’Amma dont le film ne témoigne qu’assez peu et qui pourtant représente une partie majeure de son action, ce sont ses œuvres, et l’assistance matérielle qu’elle propose à travers ses dernières. J’ai tourné de nombreuses images de ses œuvres, et j’ai essayé dès le début de les intégrer au film. J’ai compris qu’avec ces images, le film perdrait de son mystère et le voyage proposé disparaissait. J’ai finalement abandonné l’idée de les garder dans le film. Le film devait simplement placer le spectateur auprès d’elle, afin de lui laisser percevoir, de lui faire ressentir ce que quiconque après un certain temps ressent auprès d’elle, ne serait-ce qu’en la regardant donner son darshan, un ballet sans fin, une communion véritable. Les regards et les mouvements des visages sont les témoignages des forces de l’amour en action.
Je ne suis toujours pas un disciple d‘Amma, mais j’ai pour elle un respect
immense et une profonde gratitude car dans ce voyage j’ai reçu ce que je
n’allais pas chercher, la vision d’une autre dimension de l’existence.
Jan KOUNEN

Biographie d’Amma
Première
"Chacun de ses plans, soignés à l'extrême, est un fragment de vie invitant au voyage."

L'Humanité
"Être athée en Inde, cela est incompréhensible. Ce documentaire en témoigne avec une franchise totale."

Ouest France
"Un témoignage saisissant, dont la mise en forme reste proche de son sujet."

Studio Magazine
"Ce film a l'immense mérite d'ouvrir nes yeux et nos coeurs en attisant notre curiosité sur une héroïne de chair et de sang qui offre une autre vision du monde."

Score
"Belle réussite."
  • Inscrivez-vous à la newsletter
  • Contact : 0692 68 77 09
  • 233 481 visiteurs