SANG ET OR

Titre original : Talaye sorkh
Réalisateur : Jafar Panahi
Casting :
Divers : Iran - 2004 - 1h 37min - VOSTF
A Téhéran, Hussein abat le propriétaire d'une bijouterie d'un coup de revolver avant de retourner l'arme contre lui. Quelques jours plus tôt... Ce modeste livreur de pizzas s'extasie devant un sac rempli de billets de banque trouvé par son ami Ali. L'espace d'une nuit, Hussein va connaître la vie de luxe que son salaire de misère ne pourrait jamais le laisser entrevoir. Au matin, il retourne à la bijouterie.
La genèse du projet
C'est lors d'une discussion avec son ami Abbas Kiarostami que Jafar Panahi a eu l'idée de réaliser "Sang et or". Il raconte : "Il m'a raconté un fait divers qu'il venait de lire dans le journal : un cambrioleur s'était trouvé piégé par le système de sécurité d'une bijouterie et avait fini par tuer le bijoutier avant de se donner la mort. Cette histoire m'a obsédé. Je me suis interrogé sur les raisons qui pouvaient pousser un être humain à cette extrémité."

Interdit en Iran
"Sang et or" n'a jamais été distribué dans les cinémas iraniens car considéré comme trop sombre. Avant cette interdiction, le long-métrage était censé être le réprésentant de son pays pour l'Oscar 2003 du Meilleur film étranger, mais sa non-distribution en salles l'empêcha de concourir.

Un scénariste pas comme les autres
C'est le cinéaste iranien Abbas Kiarostami (Le Goût de la cerise, Ten) qui est l'auteur du scénario de "Sang et or". Ami de longue date de Jafar Panahi, il avait déjà signé le scénario du premier film de ce dernier, "Le Ballon blanc, en 1995.

Des acteurs non-professionnels
Les comédiens de "Sang et or" sont non-professionnels. Pour le réalisateur Jafar Panahi, utiliser des acteurs connus tuerait le type de cinéma qu'il affectionne. Mais "diriger des acteurs non-professionnels demande plus de travail, car il est faux de croire que ces acteurs sont les personnages. Leur sélection ne tient compte que de leur physique et de ce qui s'en dégage. Il s'agit par la suite de faire rentrer le personnage dasn cette enveloppe."

Passage cannois
"Sang et or" a été présenté dans la section Un Certain regard du Festival de Cannes 2003. Le réalisateur Jafar Panahi revenait sur la Croisette huit ans après y avoir remporté la caméra d'or pour Le Ballon blanc, son premier long-métrage.
L'Humanité
Tout ce que crée Jafar Panahi se transforme en or (...).

MCinéma.com
(...) Jafar Panahi confirme qu'il est non seulement l'un des meilleurs réalisateurs iraniens, mais aussi un grand cinéaste et un observateur hors-pair de notre époque.

Le Monde
Au bout du chemin, Jafar Panahi sera parvenu, avec un art éblouissant de l'économie, de l'humour et de la justesse, à faire un portait au vitriol de la société iranienne, de l'organisation totalitaire de son pouvoir comme de l'inégalité sociale qui s'inscrit dans la topographie de sa capitale.

Les Inrockuptibles
(...) avec un tel film, Panahi signe son entrée dans le cercle des grands cinéastes.
  • Inscrivez-vous à la newsletter
  • Contact : 0692 68 77 09
  • 242 383 visiteurs